Caroline Fleck
Hypnothérapeute - Paris 17

Addiction au sucre à Paris 17

Vous avez des envies, des pulsions, des fringales de sucré
et vous voudriez mieux les contrôler ?

Hypnose et sucre

L'hypnose permet de comprendre votre mécanisme d'addiction au sucre pour en réduire ou en stabiliser la consommation. On s'intéresse d'abord aux causes qui ont provoqué cette addiction dans votre vie. Quand le travail de dévoilement est réalisé, je construis une ou plusieurs séance personnalisées afin de vous aider à oublier vos envies de sucré. Je profite aussi des séances pour vous apprendre à vous mettre en auto-hypnose et dans un état agréable de détente.

Le sucre appelle le sucre

Lorsque vous mangez un aliment sucré, vous faites monter votre glycémie (le taux de sucre dans le sang). Si ce taux monte trop haut, il devient dangereux. Votre corps va alors produire une hormone appelée insuline, dont le rôle est de baisser ce taux de sucre. Plus vous aurez mangé sucré, plus la dose d’insuline sera forte, et plus la glycémie va baisser ensuite… Vous aurez à ce moment-là une hypoglycémie réactionnelle : quelques heures après avoir mangé sucré, vous aurez un coup de barre et une fringale, des envies compulsives de sucré.

Selon une récente étude, l’addiction au sucre présenterait de nombreuses similitudes avec l’addiction à la cocaïne, certains rats de laboratoires ayant eu le choix entre ces 2 substances auraient d’ailleurs préféré l’eau sucrée. Si cette étude est à prendre avec des pincettes, elle révèle cependant que le sucre engendre une vraie dépendance.

L'hormone du plaisir libérée

Notre organisme aime le sucre, à commencer par notre cerveau. « Le goût sucré est l'une des rares modalités  sensorielles à générer du plaisir dès la naissance, d'une manière qui s'apparente à un réflexe, voire à une dépendance dans certains cas », explique le Pr Serge Ahmed, directeur de recherche au CNRS.

La perception du goût sucré active des récepteurs spécialisés dans notre bouche, directement connectés à des neurones de notre cerveau. Ces derniers libèrent de la dopamine qui est la principale source de gratification de notre organisme. Une seconde composante semble aussi avoir un rôle. Le passage dans le sang de ce sucre transformé en glucose provoque une seconde activation dopaminique, totalement inconsciente… Sensation de plaisir et besoin de renouveler l'expérience sont donc associés à la consommation de sucre.

Stress et sucre

Pourquoi se jette-t-on sur les sucreries quand on est stressé ?

Une étude, publiée par une équipe de chercheurs japonais dans l'édition en ligne de la revue américaine Cell Reports, est la première à démontrer le rôle du cerveau dans les préférences pour les glucides ou les graisses.

Les chercheurs ont découvert des neurones réactifs au stress qui déclenchent l'envie de glucides. Ces neurones sensibles au stress ont un rôle de "sélection alimentaire" en libérant des hormones dans le cerveau pour déclencher le choix d'un régime riche en glucides.

"Beaucoup de gens qui mangent trop de sucreries quand ils sont stressés ont tendance à penser que c'est de leur faute car ils n'arrivent pas à contrôler leurs pulsions", alors qu'il s'agirait en fait d'une affaire de neurones, explique Yasuhiko Minokoshi, qui a conduit les recherches.

HYPNOSES

CAROLINE FLECK

60, bd Pereire
75017 Paris 17

DERNIER TÉMOIGNAGE

Par Martine

Je tenais à témoigner car ma rencontre avec Caroline Fleck a été déterminante. J’avais une addiction au sucre depuis très longtemps. L’écoute et les séances d’hypnose de Caroline sont venu à bout de mon addiction . Enfin !!! Je revis.....Merci Caroline de votre bienveillance et de votre efficacité. Je la recommande vivement. Un grand merci Caroline, grâce à vous j’ai trouvé ma joie de vivre.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par l'ECH

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.